41 stories
·
0 followers

Splann ! Un nouveau média d'investigation en Bretagne

1 Share

Splann ! est un nouveau média dédié à l'investigation journalistique en Bretagne. Ses membres souhaitent travailler sur des sujets au long cours dans la région et tenter de lutter contre les pressions politiques et financières, notamment venant de l'industrie agro-alimentaire.

Lire la suite - On en parle /
Read the whole story
Niquarl
11 days ago
reply
Share this story
Delete

Colombia’s decision to legalize Venezuelan migrants reignites refugee debate

1 Share

Battered by the Covid-19 pandemic, some 10 percent of Latin America’s workforce is currently out of a job. This figure — an all-time record — has caused alarm in the United Nations, combined with the prediction that the ongoing Venezuelan migrant crisis could see 6 million people flee the nation by the end of this year. The topic gained significant attention this week, after right-wing Colombian President Iván Duque announced he would legalize 1.7 million undocumented Venezuelan migrants in his country, providing them with ten-year work and residency visas.

Mr. Duque’s unexpected humanitarian gesture drew comparisons to German Chancellor Angela Merkel’s decision to welcome 1 million refugees into her country during the height of the European migrant crisis in 2015.

And, as it was in Europe, Colombia&#8217;s decision is not being repeated region-wide. Addressing the increasing number of Venezuelans in desperate situations will require multilateral action, as opposed to one-off measures. </p> <p>But this is far from becoming a reality. Days after Colombia’s decision, the Chilean government announced it would send 100 undocumented Venezuelan migrants to <a href="https://brazilian.report/latin-america/2020/08/05/alvarouribe-arrest-could-spell-the-end-of-an-era-in-colombia/">Colombia</a> and Venezuela, after the group attempted to enter the country across the Bolivian border. </p> <p>Chile&#8217;s Interior Minister Rodrigo Delgado said the decision to deport the migrants is backed up by “administrative” and “judicial” reasons. Since 2014, Chile has registered more than 500,000 Venezuelans within its borders, but has shown no official plan to help those seeking asylum.</p> <h2>No one-size-fits-all solution</h2> <p>Indeed, the lack of a pattern between countries on migration issues is a concern for international organizations. In response, the UN Agency for Refugees created a multilateral plan involving more than 158 agencies and NGOs to raise USD 1.44 billion to assist 5.4 million Venezuelans who have fled to 17 different countries.&nbsp;</p> <p>“It is often said that the coronavirus &#8216;does not discriminate,&#8217; but the reality is that the pandemic does discriminate: low-income and ethnic minority populations have been disproportionately affected,” said the UN High Commissioner for Refugees, Filippo Grandi, when talking about the importance of fast global action to avoid creating a larger Venezuelan diaspora.&nbsp;</p> <p>Unable to count on the assistance of governments, the UN has turned to religious institutions and members of the Red Cross to provide assistance and avoid worsening the impact of the pandemic on migrant populations.&nbsp;</p> <p>According to José Félix Rodríguez, coordinator of Migration, Social Inclusion, and Non-Violence of the International Red Cross in the Americas, those who migrate are exposed to increased risk, such as the possibility of <a href="https://brazilian.report/society/2018/02/19/venezuelan-women-ochenta-brazil/">suffering physical, emotional, or property damage</a>. Unfortunately, Latin America&#8217;s nations are far from having the level of integration required to fight the problem. </p> <figure class="wp-block-image size-large"><img loading="lazy" width="1000" height="667" src="https://brazilian.report/wp-content/uploads/2021/02/shutterstock_1493280329.jpg" alt="Venezuelan migrants demonstrate in Paseo Bulnes, Chile. Photo: ENE Photos/Shutterstock" class="wp-image-56683" srcset="https://brazilian.report/wp-content/uploads/2021/02/shutterstock_1493280329.jpg 1000w, https://brazilian.report/wp-content/uploads/2021/02/shutterstock_1493280329-300x200.jpg 300w, https://brazilian.report/wp-content/uploads/2021/02/shutterstock_1493280329-768x512.jpg 768w, https://brazilian.report/wp-content/uploads/2021/02/shutterstock_1493280329-600x400.jpg 600w" sizes="(max-width: 1000px) 100vw, 1000px" /><figcaption>Venezuelan migrants demonstrate in Paseo Bulnes, Chile. Photo: ENE Photos/Shutterstock</figcaption></figure> <p>“We must move towards a more comprehensive, inclusive and articulated response that guarantees dignified treatment and combats discrimination and stigma; a response that along its way takes into account the needs of groups subjected to greater vulnerability, such as people affected by violence, pregnant women, and transgender women, for example,” he tells <strong>The Brazilian Report</strong>.</p> <p>The Red Cross definition of “migrants” — as anyone leaving or fleeing their home to seek safety or better prospects, and who may be at risk and in need of protection or humanitarian assistance — shows that countries need to follow Colombia’s lead, by opening doors, not closing them.&nbsp;</p> <p>And when organizations talk about the need for integration, they also require countries to use intelligence and technology to provide a better environment for these migrants.&nbsp;</p> <p>“Countries must think about providing accessible information, on the risks of the migrant route and how to manage them. This would help prevent situations that threaten people’s health and safety. Explaining what to do in a difficult situation and where to find support is also a key point that governments should invest in.”</p> <h2>The ideological conflict around migration</h2> <p>Regional consensus on migration is non-existent in Latin America as a result of deep political divides. Even with Mr. Duque&#8217;s seemingly noble gesture in Colombia, his decision also carries an ideological component: by <a href="https://brazilian.report/power/2020/10/22/brazilian-politicians-campaign-on-anti-venezuelan-platform/">welcoming Venezuelans</a>, the move can serve to put pressure on Venezuela&#8217;s President Nicolás Maduro, who Mr. Duque repeatedly blames for its neighbor&#8217;s humanitarian crisis. </p> <p>And Mr. Duque&#8217;s latest decision is a gamble. Three out of four Colombians are opposed to legalizing undocumented Venezuelans, in a mix of xenophobia and fear of increased job competition.</p> <p>Meanwhile, Brazil dismissed the migration issue, with President Jair Bolsonaro deciding to <a href="https://brazilian.report/power/2019/01/10/brazil-united-nations-pact/">pull the country out</a> of the United Nations migration pact. According to Mr. Rodríguez, these multilateral efforts are precisely what need to be upheld in order to promote a better and safe migratory scenario across Latin America.

Read the full story NOW!

The post Colombia’s decision to legalize Venezuelan migrants reignites refugee debate appeared first on The Brazilian Report.

Read the whole story
Niquarl
15 days ago
reply
Share this story
Delete

Décès de Gisèle Halimi : France Info enterre le féminisme

1 Comment

Gisèle Halimi est décédée le 28 juillet 2020. Le soir même, sur France Info, l'émission « Les Informés » consacre l'un de ses (multiples) thèmes de débat au parcours de l'avocate et militante féministe. Un sujet qui servira surtout de prétexte à brocarder le « féminisme actuel », en mettant les luttes en concurrence, et en opposant Gisèle Halimi aux militantes « d'aujourd'hui ».

Un hommage à Gisèle Halimi ce soir du 28 juillet sur France Info ? Pas sûr, tant il est évident que l'intention des trois invités de l'émission, vivement poussés en ce sens par l'animateur, Nicolas Crozel, est de passer rapidement sur la vie et l'œuvre de la militante – première partie du sujet – pour aborder le plus tôt possible la seconde question : les « dérives » et « perversions » actuelles du féminisme. Un angle particulièrement élégant, le jour même de la mort d'une militante féministe de premier plan…

D'autant plus élégant que la composition du plateau laisse rêveur : pour décerner des brevets de « bon » et de « mauvais » féminisme donc, rien que des experts de la question : Michel Taube, fondateur du site Opinion internationale [1], Albert Zennou, rédacteur en chef du service politique du Figaro, et Nicolas Crozel, animateur qui sortira fréquemment de son rôle pour appuyer les propos de ses deux confrères. Une seule femme est présente sur le plateau : Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef à La Croix. Pas une journaliste spécialiste des questions féministes.

Acte I : « Un féminisme sociétal qui est acceptable par tout le monde »

On apprendra bien assez tôt dans cette émission que l'heure n'est pas à l'information, ni au débat éclairé mais plutôt à la conversation de bistrot. Ainsi de l'ouverture de l'émission :

- Isabelle de Gaulmyn : Gisèle Halimi, c'était une avocate. Elle s'est battue au nom du droit. Et justement sur cette histoire de viol, elle l'a vraiment fait avec son code pénal à la main quoi.

- Nicolas Crozel : C'est peut-être plus efficace ! [Rires]

- Isabelle de Gaulmyn : En tout cas c'était un combat universaliste, c'était pas un combat communautaire. Elle a défendu des femmes non pas parce que c'était des femmes, mais parce que c'était des personnes humaines, et ça, je pense qu'on devrait s'en souvenir aujourd'hui.

Voilà qui est d'emblée mal et vite dit ! En particulier s'agissant d'une avocate ayant ardemment défendu (entre autres) le droit à l'avortement, cocréé l'association « Choisir la cause des femmes » en 1971, et signé un peu plus tôt la même année le « Manifeste des 343 salopes » dans lequel on peut (notamment) lire : « [Les femmes] sont celles de qui la condition est unique dans l'histoire : les êtres humains qui, dans les sociétés modernes, n'ont pas la libre disposition de leur corps. Jusqu'à présent, seuls les esclaves ont connu cette condition. »

Mais on comprend rapidement que ce n'est pas ce qui intéresse les « Informés ». Car dans le portrait qu'elle dresse de Gisèle Halimi, la journaliste de La Croix embraye aussitôt sur le contraste entre celle-ci et les féministes actuelles : « Elle n'injuriait pas, elle ne jetait pas de la peinture aux hommes [sic], elle ne déboulonnait pas l'homme blanc. » Puis Michel Taube enchaîne, et monte même d'un cran en choisissant de tresser des louanges à la « féminité » de Gisèle Halimi, dans une tirade pour le moins… déconcertante :

Gisèle Halimi, elle était aussi tunisienne, c'était une femme franco-tunisienne. Je veux beaucoup insister là-dessus, car elle avait une trempe, une féminité […] qui était aussi liée au fait qu'elle était et tunisienne, et française.

Vous reprendrez bien une bonne louchée d'essentialisme ? Mais le festival ne fait que commencer : « Pour moi, c'était un peu la Robert Badinter du combat féministe ». Tant on ne saurait se passer d'un référent masculin ! Et puis ? « Elle n'était pas une féministe jusqu'au-boutiste, idéologue et qui rejetait les hommes, pas du tout ! » Le présentateur acquiesce : « C'est ce que disait Isabelle tout à l'heure, on n'était pas dans la misandrie ! » Une gentille féministe donc ? C'est bien ça : « Gisèle Halimi était une grande voix du féminisme, mais d'un féminisme sociétal qui est acceptable par tout le monde. » Tant il est vrai que les combats de Gisèle Halimi ont suscité, en leur temps, la bienveillance spontanée de ses contemporains et l'adhésion immédiate des institutions (pouvoir politique, magistrats, etc.) ! « Acceptable par tout le monde » ? Et Michel Taube de conclure par un lapsus : « Le combat contre le féminisme – euh… pardon : pour le féminisme – n'est pas si simple que ça. » On le voit, en effet.

Acte II : Gisèle Halimi versus Alice Coffin

Et l'émission va crescendo. Un peu plus tôt dans l'été, l'élue écologiste et féministe Alice Coffin était présente lors d'une manifestation devant la mairie de Paris pour demander la démission de Christophe Girard, alors soupçonné de connivences avec le pédocriminel Gabriel Matzneff. L'occasion pour les compères « informés » de tirer à boulets rouges… sur Alice Coffin, avec des arguments de haute volée, et toujours en pleine connaissance du sujet. À commencer par le présentateur :

Nicolas Crozel : Alice Coffin, la polémique sur la mairie de Paris la semaine dernière avec Christophe Girard… Est-ce qu'on aurait pu imaginer Gisèle Halimi avec une pancarte « Bienvenue à Pédoland » ? […] On va évoquer cette évolution du féminisme que certains peuvent qualifier de « dérive ». [Se tournant vers Isabelle de Gaulmyn] Vous êtes d'accord, c'est ce que vous disiez Isabelle, que [Gisèle Halimi] était aussi dans une conception universaliste, de l'égalité, et pas un combat… « corporatiste » c'est pas le mot, mais ségr… Communautariste voilà ! C'est le mot que je cherchais !

Et son confrère Albert Zennou n'est pas en reste pour dénigrer Alice Coffin, en choisissant à son tour ce qui l'a le plus séduit chez l'avocate féministe : « Elle avait une chose qu'Alice Coffin n'a pas : une pratique du français absolument remarquable. » Avec cet expert, on va direct à l'essentiel du féminisme !

Mais le meilleur reste à venir quand Nicolas Crozel invite plus directement ses trois invités à comparer Gisèle Halimi au « féminisme d'aujourd'hui ». À défaut de savoir faire tourner les tables pour faire parler la défunte, Albert Zennou imagine ce qu'elle penserait de l'action d'Alice Coffin à la mairie de Paris : « Je ne veux pas parler pour elle, je ne sais pas »… avant de le faire quand même : « Je ne suis pas sûr que Gisèle Halimi s'inscrirait dans ce combat-là. » Et de poursuivre : « Le féminisme d'aujourd'hui, quand il est intersectionnel, quand il est racisé, quand il est excluant… je ne comprends pas bien. […] Quand on voit le discours d'Alice Coffin, quand on l'entend surtout, ça fait peur… Il fait peur ce discours : il en vient à dire que, quand on est femme, on doit combattre les hommes. » Propos qui s'attirent ce commentaire, indigné, de l'animateur : « C'est de la misandrie plus que du féminisme. » C'est bien connu.

Alors qu'on ne sait toujours pas (en dehors d'Alice Coffin) de quel collectif parlent nos experts quand ils évoquent « le » « féminisme d'aujourd'hui », ni à quels écrits théoriques ils se réfèrent, l'expert reconnu ès-féminisme et procureur, Michel Taube, se lance dans une tirade d'anthologie :

Pour moi, c'est une perversion du féminisme. Moi, je suis féministe. D'ailleurs pour ceux qui ne le voient pas, je porte tous les jours de ma vie une cravate orange et des chaussettes orange contre les violences faites aux femmes parce qu'aux Nations-unies, c'est la couleur du combat contre les violences faites aux femmes.

Fichtre ! Un peu comme ces hommes politiques qui se mettent du rouge à lèvres une fois par an, le 8 mars, pour soutenir le combat des femmes… Et de poursuivre, tout aussi hors-sol :

C'est un combat principiel pour moi. […] Oser comparer Alice Coffin à Gisèle Halimi, sur les réseaux sociaux certains font la relation, c'est une injure à la mémoire de Gisèle Halimi. La stratégie d'Alice Coffin, ce n'est pas du tout de défendre le féminisme, […] c'est de stigmatiser les hommes, d'en faire des violeurs et des coupables par essence.

Et la compétition n'est pas terminée :

Concernant Christophe Girard, qui a démissionné parce que comme il l'a dit, à 64 ans, il a passé l'âge de se faire injurier et de se faire emmerder par des personnes qui l'attaquent de manière aussi éhontée, j'espère qu'il va revenir comme adjoint à la culture ! Parce qu'avoir cinq, dix ou quinze personnes, parce qu'elles ne sont pas très nombreuses, obtenir la tête d'un adjoint à la culture qui a un si long passé, glorieux, d'homme de culture et qui a défendu la culture française. […] Parce qu'il est hors de question de donner une victoire comme ça à des ultras qui ne sont absolument pas pour moi des porte-parole du féminisme.

Contrairement à un éditorialiste qui porte des chaussettes et des cravates orange…

Réalisant alors que cela fait près de dix minutes que sa seule invitée n'a pas eu la parole, Nicolas Crozel fait dans la galanterie : « Allez, laissons parler la seule dame, l'unique ce soir ! » Apparemment, cela fait beaucoup rire Isabelle de Gaulmyn, qui tient tout de suite à mettre les choses au point vis-à-vis de ses confrères : « Je partage complètement votre constat ». Michel Taube n'hésite pas à la couper pour commenter : « Alors me voilà rassuré ». On comprend son soulagement : il n'aurait plus manqué qu'une hystérique, dans les dix secondes qui lui sont laissées, vienne contredire ses fulgurantes démonstrations !

Les auditeurs auront alors été rassurés d'entendre la journaliste de La Croix, qui, après avoir fustigé la PMA comme « l'expression d'un ultra-libéralisme » revenant à « priver un enfant de sa filiation » sans « concerne[r] non plus beaucoup de personnes », profitera des quelques secondes de fin pour tacler le mouvement MeToo en mentionnant les « excès », la « haine » et les « règlements de compte ». À propos de ce mouvement le lendemain sur France Inter, Annick Cojean [2] rappellera que malgré des nuances, « Gisèle Halimi était heureuse de voir qu'il y avait des ferments de révolte un peu partout ». Mais définitivement, l'art de savoir de quoi on parle ne fait pas partie des commandements des « Informés »…

***

Un peu plus tôt, au milieu de sa brillante tirade, le décidément très en forme Michel Taube avait cette phrase-choc pour résumer le fond de sa pensée : « Le combat féministe, c'est un combat des hommes avant tout ». On comprend mieux, du coup, pourquoi l'émission a surtout invité les « premiers concernés » par ce combat : des éditorialistes visiblement peu au fait des enjeux et luttes actuelles [3]. Ni d'ailleurs des luttes passées, tant de l'immense parcours de Gisèle Halimi, on ne saura in fine quasiment rien, en dehors de quelques faits et affirmations, un brin révisionnistes pour certaines…

« Je pense qu'en matière de féminisme, on n'est qu'au début d'un long combat » disait le porteur de cravate orange. On ne le lui fait pas dire ! Ne pas détourner la mort d'une féministe iconique afin de brocarder les combats contemporains aurait d'ailleurs été un bon début. À ce propos, Gisèle Halimi s'interrogeait en 2003 [4], défendant – déjà – les nouveaux combats féministes contre les nostalgiques d'un féminisme d'antan fantasmé : « La réussite de quelques combats féministes inquiète ? » Ce à quoi elle répondait : « J'aime beaucoup ce proverbe africain : "Quand on commence à lancer des pierres sur un arbre, c'est qu'il est en train de porter ses fruits." »

Philippe Merlant et Pauline Perrenot


[1] Opinion internationale se présente sur son site comme « le média des décideurs engagés au coeur de l'actualité ».

[2] La journaliste était invitée pour présenter un recueil d'entretiens autobiographiques avec Gisèle Halimi : Une farouche liberté, Grasset, août 2020.

[3] Mais c'est là une règle d'or de l'émission, où le bavardage le dispute au commentaire vide et où les éditorialistes rivalisent avec les communicants.

Read the whole story
Niquarl
17 days ago
reply
la composition du plateau laisse rêveur : pour décerner des brevets de « bon » et de « mauvais » féminisme donc, rien que des experts de la question : Michel Taube, fondateur du site Opinion internationale [1], Albert Zennou, rédacteur en chef du service politique du Figaro, et Nicolas Crozel, animateur qui sortira fréquemment de son rôle pour appuyer les propos de ses deux confrères. Une seule femme est présente sur le plateau : Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef à La Croix. Pas une journaliste spécialiste des questions féministes.
Share this story
Delete

Équateur : augmenter le salaire minimum ? « Populiste ! » décrète France Inter

1 Comment

Dimanche 7 février, dans son journal dominical de 13h, France Inter évoquait pendant 1 minute 45 les élections en Équateur (c'est déjà ça) ayant lieu le jour même. Certes c'est court… mais suffisant pour lancer des rappels à l'ordre (économique) !

À la fin du « journal de 13h du week-end », le correspondant de France Inter est invité à livrer ses « explications » sur l'élection présidentielle en Équateur. Après l'interview express d'un « politologue » (20 secondes), le correspondant termine en évoquant les « propositions populistes », dans un pays qui, « pourtant », vit « sous perfusion » du FMI :

Alors que le nombre des indécis est toujours important, les propositions populistes se sont multipliées dans un pays qui vit pourtant sous perfusion du Fonds monétaire international.

En fait de « propositions populistes », il ne donnera que deux exemples… exemplaires. D'abord :

Le candidat de droite, qui sera probablement au deuxième tour, le banquier Guillermo Lasso, a proposé par exemple d'augmenter le salaire minimum de 25%

Puis sont diffusés les propos du candidat socialiste Andrés Arauz :

Ils ont exonéré d'impôt les plus grandes entreprises de l'Équateur mais ils crient au scandale quand nous proposons une aide d'urgence aux plus pauvres. 1 000 dollars à un million de familles durant notre première semaine de gouvernement !

Résumons : augmenter le salaire minimum ou distribuer une « aide d'urgence aux plus pauvres » sont des « propositions populistes » ! Gageons qu'il y aurait bien plus à « expliquer » sur la situation sociale, économique et politique en Équateur, mais félicitons France Inter pour son art de la synthèse… et pour la leçon d'orthodoxie libérale !

Maxime Friot

Read the whole story
Niquarl
19 days ago
reply
Résumons : augmenter le salaire minimum ou distribuer une « aide d'urgence aux plus pauvres » sont des « propositions populistes » ! Gageons qu'il y aurait bien plus à « expliquer » sur la situation sociale, économique et politique en Équateur, mais félicitons France Inter pour son art de la synthèse… et pour la leçon d'orthodoxie libérale !
Share this story
Delete

Lamentin : Reinette Juliard tente d'asséner un autre coup à Jocelyn Sapotille

1 Share

Reinette Juliard ne s'arrêtera pas à l'annulation des Municipales, à Lamentin, déjà obtenue en décembre 2020, auprès du tribunal administratif. La candidate déçue de mars 2020 tente, aujourd'hui, de faire invalider les comptes de campagne de Jocelyn Sapotille et d'obtenir son inéligibilité.



Read the whole story
Niquarl
20 days ago
reply
Share this story
Delete

Condamner le viol pour renforcer la culture du viol

1 Share

Ça arrive comme ça, d'un coup, et ça prend tout le monde par surprise. Alors certes il y a des secousses qui font espérer que… et puis non. Ou plus tard. Matthieu Foucher était parti « à la recherche du #MeTooGay » en septembre 2020 mais celui-ci est arrivé quatre mois plus tard, télescopant le #MeTooInceste qui venait d'exploser. Nous voilà donc scrollant les deux hashtags et likant à tour de bras, espérant signifier notre reconnaissance et donner un peu de courage à celles et ceux qui en ont déjà beaucoup. On vous croit, on est derrière vous, vous n'avez rien à vous reprocher. C'est leur faute.

Et puis régulièrement un compte masculin débarque et explique que le mieux à faire, contre les violences sexuelles, c'est de tuer, torturer, mutiler leurs auteurs. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce genre de comportement appartient pleinement à la culture du viol. Si vous aussi ça vous met mal à l'aise, c'est pour ça.

mix-viol.png, janv. 2021

Comment fait-on pour que les hommes cessent de violer ?
Thibaut : On leur coupe la bite. Résolu. Fin.

Thomas : Moi si je connais le nom des agresseurs incestueux. (Photo d'hommes opérant des mitrailleuses.)

Pierrick : J'ai été flic au tribunal. J'ai emmené devant le juge un mec de 40 ans soupçonné d'avoir violé sa nièce de 3 ans. Dans les couloirs il m'a avoué avec un sourire qu'elle a aimé. Il est malencontreusement tombé dans un escalier en colimaçon. (Ce tweet a été édité pour des raisons de compréhension… et par maniaquerie ortho-typographique.)

The King : Quand je lis toutes les horreurs sur #MeTooInceste : Nous ne pouvons pas attendre que Dieu fasse tout le travail. (Photo psychédélique d'homme menaçant en chemise d'uniforme de police, gilet pare-balles et arme à feu.)

D'abord vous aurez remarqué la délicatesse : pas un mot pour les personnes qui ont le courage de témoigner. Mais alors, si ces mecs-là ne font pas ça en pensant aux personnes qui ont subi les faits, à qui pensent-ils ? Probablement à leur gueule : se poser en chevalier blanc, en mec qui jamais oh non… c'est flatteur. C'est dégueulasse, d'instrumentaliser les malheurs des autres, mais ça paye : le policier, par exemple, a été amplement remercié sur Twitter par des personnes qui l'ont traité comme un héros et lui ont « fait des cœurs avec les mains ». C'est une partie du problème que j'ai déjà abordée ici en posant la question des gratifications recherchées par des hommes dans des postures féministes.

Ces réactions violentes témoignent aussi d'une grande ignorance. Le viol, c'est partout. Le violeur, c'est potentiellement n'importe qui. Ça n'est pas un monstre qui se repère de loin, c'est le copain qui ne se vante pas de forcer son épouse quand elle ne veut pas ; c'est le collègue qui dit après un verre que de toute façon c'est toutes des salopes, même les petites ; c'est le tas de merde qui se vante d'en choper plein alors qu'objectivement il est moche comme le cul de DSK ou de Trump. Vu la prévalence du viol dans la vie des femmes, et comme ces violences ont majoritairement lieu dans des espaces privés entre proches, ces violeurs ne sont pas quelques dizaines de monstres multi-récidivistes dont on pourrait « se débarrasser » mais des milliers de n'importe qui qu'on croise partout. Ce n'est donc pas les personnes qui sont à éliminer mais la culture qui doit changer. Les mecs qui se déchaînent contre des montres fantasmatiques ont le droit d'ignorer ça, personne n'est tenu·e de s'intéresser à tout. Mais si on l'ignore c'est qu'on s'en fout, au fond, alors pas la peine de sortir les menaces violentes et le costume de justicier.

Croire ou faire croire que le violeur est un monstre à qui on réserve bien évidemment les pires châtiments, c'est contradictoire avec la réalité des faits : sous-déclarés, les viols ne sont pas non plus punis comme le prévoit la loi (1). 10 % des viols font l'objet de plaintes (2), et sur ces 10 %, 10 % à 20 % font l'objet d'une condamnation, avec de nombreuses requalifications de « crime » en « délit ». Pourquoi ? Parce que LE viol, c'est horrible, tout le monde est d'accord. Mais dans la vraie vie ce n'est jamais le viol parfait, dans lequel la contrainte, le pouvoir et le refus sont des évidences pour tout le monde (3). Ce qui se passe vraiment, c'est qu'une majorité de personnes blâment les victimes, ne comprennent pas leur comportement et excusent pour x ou y raisons celui du violeur (4). Là tout de suite, « tomber » pour viol alors qu'1 à 2 % seulement des faits font l'objet de condamnations, c'est vraiment pas avoir de bol et faire partie de la mauvaise classe d'hommes (5). Alors que l'imaginaire de disponibilité sexuelle des femmes aux hommes est présent partout, dans tous les pays et tous les milieux, y compris bourgeois, intellectuels ou militants de gauche.

Les propos ultra-violents envers un violeur fantasmatique participent en vérité au déni de ce qu'est le viol. Ils promeuvent en outre la violence d'une manière qui contribue à la valorisation d'une masculinité violente ou d'actes hors-la-loi (c'est particulièrement le cas de ce policier qui se fait juge, oubliant les principes du régime politique déjà pas bien exigeant qu'il est censé servir). Loin d'être la solution, ils contribuent au problème.

Merci à Noémie Renard, autrice d'En finir avec la culture du viol (Les Petits Matins, 2018), et à Valérie Rey-Robert, autrice d'Une culture du viol à la française (Libertalia, 2019), sans qui je n'aurais pu comprendre mon malaise devant ces manifestations violentes.

(1) La loi qualifie le viol de crime et prévoit de le punir de quinze ans de prison, plus quand les circonstances sont aggravantes.

(2) Éric Dupond-Moretti a été nommé ministre de la justice après avoir défendu maints violeurs en tant qu'avocat (tout le monde a droit a un procès mais il y a des avocats comme EDM qui font fructifier la culture du viol en blâmant les victimes, en suggérant que le refus d'une femme est incompréhensible, etc.). Cet été, il a demandé dans le cadre de ses fonctions comment on pouvait avoir des données sur des violences qui ne font pas l'objet de plaintes. On peut donc être avocat pénaliste puis ministre sans connaître le principe des enquêtes de victimation ? Celles-ci (comme l'Enveff, « Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France », ou l'enquête « Cadre de vie et sécurité » de l'Insee ou encore Virage, « Violences et rapports de genre », de l'Ined) sont faites dans la population générale avec des méthodes sociologiques quantitatives pour connaître la prévalence des agressions, différente du nombre de plaintes.

(3) « Dans le Val-d'Oise, une enfant de 11 ans a eu une relation sexuelle avec un inconnu de 28 ans. Elle l'a suivi, puis a subi l'acte sans protester, ce qui fait dire au parquet qu'elle était consentante. L'homme devait être jugé pour "atteinte sexuelle", et non pour viol. » Michaël Hajdenberg, « Relation sexuelle à 11 ans : le parquet de Pontoise ne poursuit pas pour viol », 25 septembre 2017.

(4) Cas d'école, cet extrait qui ironise sur une accusation de viol qui serait trop tardive : « Huit ans après une coucherie de fin de soirée, dans l'ivrognerie partagée, la fille s'estime victime d'un viol. » Tom J'aurais, l'auteur du texte, est un ami de l'accusé et il a des mots d'une belle empathie pour une seule femme dans cette histoire… l'actuelle compagne du violeur présumé. « Alors du coup », 2019, sur les meilleurs sites web. J'en parlais déjà ici à propos de la nécessité de faire mieux quand des agressions sont commises dans les milieux libertaires, notamment en ne traitant pas les gens comme des monstres.

(5) C'est l'une des raisons pour lesquelles les peines de prison ne servent à rien, ce qu'explique brillamment Gwenola Ricordeau dans Pour elles toutes. Femmes contre la prison (Lux, 2019).

Read the whole story
Niquarl
36 days ago
reply
Share this story
Delete
Next Page of Stories